The Foundation for Constitutional Democracy

12-Nov-2004

POLITICIDE ET GENOCIDE

Filed under: Française — eidelberg @ 4:57 am Edit This

FRONT DE SAUVEGARDE D’’ERETZ ISRAEL
Vos amis méritent de le découvrir.

Bulletin N°169. Diffusez le !
12 Novembre 2004

Par Paul EIDELBERG

Le déracinement de milliers de Juifs habitant dans la Bande de Gaza, leur arrachement à leurs fermes et à leurs usines, à leurs écoles et à leurs synagogues, aux tombes de leurs bien-aimés, à leur centre communautaire et à leurs aires de jeux, l’’’anéantissement des œuvres de leurs mains, de leurs aspirations, de leurs amitiés et de leur mémoire profonde est un crime monstrueux qui interpelle le Ciel et condamnera à l’enfer tous ceux qui seront complices de cet acte criminel et de cette violation de la loi et de la moralité juives.

Le plan de désengagement / déplacement de population à l’’’initiative du Premier ministre Ariel Sharon, plan approuvé par son cabinet ainsi que par la Knesset, brisera la vie de femmes, d’’’hommes et d’’’enfants juifs.

Le peuple d’’’Israël en son entier sera démoralisé, dévalorisé et méprisé.

Il n’’’y a aucune justification à ce crime et tous ceux qui approuvent cet acte obèrent leurs propres droits à la vie, à la liberté et à la quête du bonheur.

Il s’agit d’un crime contre les « Lois de la nature et contre la ‘Nature’ de Dieu ». Une nation qui tolère un tel crime ne pourra que davantage souffrir de mort et de destruction.

Qui peut supporter un pays dont le gouvernement commet un tel crime ? Qui peut habiter dans un pays dont les juristes avalisent le crime ? Qui peut vivre dans un pays dont les juges sanctifient ce crime ? Qui peut encore avoir confiance dans un pays dont les concitoyens prêtent main forte ou acquiescent à ce crime ?

Comment peut-on vivre et jouir de la vie dans un pays sans honneur, sans justice, sans conscience ? Comment marcher droit dans un pays qui se courbe devant des arabes brutaux et meurtriers ?

Comment peut-on vivre dans un pays qui brade son héritage, qui trahit ses croyances et ses valeurs les plus chères ? Comment élever des enfants dans un pays qui ne respecte plus son passé et n’offre pas d’espoir pour le futur ?

Ceux qui commettent ou acceptent le crime du désengagement – déplacement de population au nom de la « paix », de la « démocratie » ou du « pekuach nefesh » (danger de mort) ne s’arrêteront pas à la Bande de Gaza.

Il n’y a pas d’action diabolique qui ne puisse être parée de nécessités patriotiques ou même religieuses par une propagande bien orchestrée !

Mais sachez le : le meurtre et la mutilation de milliers de femmes, d’hommes et d’enfants ayant semblés tolérables sous des gouvernements israéliens - ce serait miracle que Sharon ne construise des camps de détention pour les Juifs qui résisteront à leur évacuation de la Bande de Gaza ?

Ecoutez moi bien : un gouvernement qui sacrifie une minorité pour la sauvegarde de la majorité ne s’arrêtera pas à la Bande de Gaza, à cette trahison de la solidarité et de la moralité juives !

Juifs d’Israël ! Souvenez-vous de ces mots du Talmud de Jérusalem : « Si les peuples (qui entourent Israël) disent ‘donnez-nous un des vôtres pour que nous l’exécutions sinon nous vous éliminerons tous’, ils doivent tous succomber plutôt que de leur livrer un seul d’entre eux ».

Ceux dont les cœurs se sont égarés et ont ainsi sacrifié leur conscience – ce qui perce sous les incantations de « paix » et « démocratie » et le contresens misérable de « pekuach nefesh » - refusent de se rendre à l’évidence :

Car la cible des ennemis d’Israël est Jérusalem !

Je martèle mes mots : le plan de désengagement / déplacement de population n’est qu’une étape vers le suicide politique et le génocide !

Professeur Paul EIDELBERG
Traduction : Dr Jean-Marc METZGER